Le 20 décembre 1312, le roi consent enfin à négocier une trêve avec les assassins de Gaveston. Le voyage est agréable, ponctué de festivités — bien qu'Isabelle soit victime de l'incendie de sa tente, qui ravage toutes ses possessions et la blesse grièvement à la main et au bras[27]. Toutefois, la situation devient intenable pour Édouard lorsqu'il apprend que le comte de Lancastre et ses alliés du nord du royaume ont décidé de rejoindre les barons des Marches. Isabelle s'agenouille publiquement devant le roi pour le supplier d'exiler les Despenser, lui donnant ainsi l'opportunité de sauver la face en accédant à une supplique. I----------------------------------------------------------------------------------------I, Roi d'Italie, marquis d'Ivrée Dans les faits, il n'y a aucune preuve que quiconque ait donné l'ordre d'assassiner l'ancien roi, ni même que de tels mots aient été écrits. La vie pieuse de la reine Isabelle, présentée par l'historiographie comme un modèle de vertu, fait d'elle une possible candidate à la béatification par l'Église catholique romaine. Sa couronne et son sceptre sont exposés au musée de la chapelle royale de Grenade. <